WeMove Europe SCE mbH

Il faut bloquer la fusion Bayer-Monsanto, selon les résultats d'une nouvelle étude.

Télécharger le résumé du rapport

Bruxelles, 16 octobre - Le projet de fusion entre Bayer et Monsanto doit être rejeté conformément à la législation européenne sur la concurrence, selon les résultats d'une nouvelle étude juridique réalisée par des chercheurs du University College London. [1]

Bruxelles, 16 octobre - Le projet de fusion entre Bayer et Monsanto doit être rejeté conformément à la législation européenne sur la concurrence, selon les résultats d'une nouvelle étude juridique réalisée par des chercheurs du University College London. [1]

En effet, les auteurs concluent que la Commission européenne devrait être tenue de bloquer cette fusion - sur laquelle elle a d'ailleurs lancé une enquête approfondie -, et ce, même si elle s'en tient à une lecture au pied de la lettre de la loi sur la concurrence. [2]

Cette analyse avance que la fusion " Baysanto " doit être bloquée pour les raisons suivantes :

- Elle réduit la concurrence : elle accroît encore la concentration dans un 
  secteur comportant déjà peu de grands acteurs. Trois méga-multinationales 
  seulement (ChemChina-Syngenta, DuPont-Dow et Bayer-Monsanto) posséderaient et 
  vendraient près de 64 % des pesticides et 60 % des semences brevetées dans le 
  monde.   
- Elle fait monter les prix et accroît la dépendance des agriculteurs : les " 
  packages de services " agricoles tout inclus (semences, pesticides et produits
  d'" agriculture numérique ") enfermeraient les agriculteurs dans la chaîne de 
  valeur de l'entreprise. Ceci les rendrait technologiquement dépendants et à la
  merci des hausses de prix sur les semences et pesticides.   
- La vente des actifs ne peut pas résoudre cette crise : même si la Commission 
  oblige ces entreprises à céder certaines de leurs activités, le marché est si 
  concentré que le désinvestissement de certains produits ne suffira pas à 
  limiter les effets adverses sur la concurrence, dans le marché des semences de
  demain.   
- Elle étouffe les autres entreprises : le contrôle de l'intégralité de la 
  chaîne de valeur alimentaire par ces trois géants " enracinerait fermement la 
  puissance des acteurs dominants du marché pour les décennies à venir " et 
  bloquerait ainsi toute autre forme d'agriculture plus durable.   

Les chercheurs appellent également la Commission européenne à élargir son enquête sur cette fusion pour prendre en compte l'intégralité de ses coûts sociaux et environnementaux. En effet l'opération pourrait " engendrer des risques importants en matière de sécurité et d'hygiène alimentaire, de biodiversité, [...] de prix, de qualité, de variété des denrées ainsi que d'innovation ".

Adrian Bebb, chargé de campagne alimentation et agriculture auprès des Amis de la Terre Europe, déclare : " Margrethe Vestager, la commissaire européenne à la Concurrence, a bien assez d'arguments pour bloquer cette union contre-nature entre Bayer et Monsanto et envoyer un signal fort : dire que l'UE est prête à se dresser contre ces méga-multinationales afin de protéger les agriculteurs, les citoyens et l'environnement. [...] La consolidation par ces géants de l'agriculture aurait des conséquences majeures sur l'avenir de nos campagnes, de la ruralité et de notre environnement. Il est essentiel que la Commission européenne élargisse son enquête afin que nous gardions la possibilité de replacer l'agriculture sur une base durable et solide dans l'optique de lutter contre le changement climatique et de freiner la disparition de la biodiversité. "

Au début de l'année, plus de 200 associations et groupes de la société civile ont appelé la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Verstager, à arrêter la vague actuelle de fusions dans le secteur de l'agrobusiness [3]. Plus de 650 000 citoyens et citoyennes ont également signé des pétitions pour demander à la Commission d'agir [4].

Pour obtenir plus d'informations ou organiser une rencontre avec les auteurs de ces travaux de recherche, merci de contacter :

Adrian Bebb (English and German) :

tel +49 1609 490 1163

adrian.bebb@foeeurope.org

Références :

[1] https://www.wemove.eu/sites/wemove.eu/files/baysanto_report_summary-fr.pdf

Ces travaux ont été réalisés par les Professeurs Ioannis Lianos et Dmitry Katalevsky de la faculté de droit de Londres (University College London) et ont été financés par Wemove.eu, SumOfUs, Les Amis de la Terre Europe, Cor <span class="_wysihtml5-temp-placeholder"></span>porate Europe Observatory et Food & Water Europe.

[2] http://europa.eu/rapid/press-release_IP-17-2762_fr.htm

[3] https://www.foeeurope.org/bayer-monsanto-marriage-hell-300316

[4] https://act.wemove.eu/campaigns/non-baysanto

https://actions.sumofus.org/a/stop-the-bayer-monsanto-mega-merger

WeMove Europe SCE mbH - WeMove Europe

WeMove Europe is a European corporation (SCE) registered with the regional court
Berlin/Charlottenburg with the Nr. GnR 777 B.
Adress: Planufer 91, 10967 Berlin, info@wemove.eu, 030/60274195
ED Oliver Moldenhauer


 



Das könnte Sie auch interessieren: